Stoppons la marchandisation de l’école

Article publié le 24 mai 2022

Depuis 2017, il est demandé aux collègues du collège de fournir une liste d’élèves « méritants » aux chef·fe·s d’établissement qui le transmettent à leur tour aux services départementaux.

« La volonté départementale porte sur deux projets essentiels :

– Reconnaître et promouvoir le mérite des collégiens, afin d’encourager la persévérance scolaire mais aussi l’engagement dans les projets et auprès des autres ;

– Renforcer les valeurs républicaines. »

La reconnaissance de ce mérite se traduira par le versement d’une gratification financière de 175 euros pour les élèves boursières et boursiers et un abonnement à un magazine de leur choix.

« Les critères de sélection sont les suivants :

– la persévérance de l’élève pour maintenir son niveau ou progresser

– l’engagement auprès d’autrui (don de son temps, esprit de camaraderie qui contribuent au vivre ensemble, au respect et à l’attention portée à autrui)

– l’implication dans la vie du collège »

Ces critères nous questionnent.

Comment ne sélectionner que 8 % d’élèves ? Et les autres, sans doute tout aussi méritant·e·s mais peut-être plus réservé·e·s ?

Que signifie maintenir son niveau ou progresser alors que l’ensemble des élèves n’ont pas accès aux mêmes ressources culturelles, sociales et économiques ?

Comment quantifier du qualitatif ? Comment quantifier un esprit de camaraderie ?

Comment les collègues peuvent-ils mesurer le niveau d’implication global ?

Quelle transparence sur le choix final des élèves ?

Sud éducation Ain s’oppose fermement à ce dispositif de sélection très inégalitaire et relativement subjectif.

En effet, les efforts à fournir ne sont pas les même selon les élèves et leurs conditions de vie.

De plus, l’engagement auprès des camarades ou l’implication dans la vie du collège dépendent de plusieurs paramètres : les enseignants n’ont pas toujours connaissance de ces contextes.

Le département étant responsable du versement des minima sociaux, n’y aurait-il pas d’autres leviers pour que l’ensemble des élèves puissent réussir ?

Nous rejetons cette marchandisation de l’école et luttons pour une école égalitaire et émancipatrice, libérée du diktat de l’argent.

Nous invitons les collègues à ne pas transmettre de noms, ainsi qu’à réfléchir collectivement à ces questions.