AED : pas de rattrapage des heures non faites pendant le confinement !

Pour toute question, n’hésitez pas à contacter le syndicat : ain@sudeducation.org ou 06 95 79 79 76.

Dans certains établissements, il a été annoncé aux assistant-e-s d’éducation qu’ils-elles devraient rattraper leurs heures non effectuées durant la période. C’est faux ! Les AED ne doivent pas récupérer leurs heures à cause de la fermeture de l’établissement, y compris si aucun travail ne leur est demandé durant cette période. Ce serait une iniquité de traitement avec l’ensemble des agents publics.

Modèle de réponse à la hiérarchie si vous êtes face à une injonction insensée :

Nous proposons aux AED qui subissent des pressions d’écrire au/à la chef-fe d’établissement une lettre inspirée du modèle ci-dessous. L’action collective est préférable tant certains établissements sont irrespectueux de la réglementation et pourraient tenter de prendre des mesures répressives.

Notre courrier syndical aux administrations suite aux demandes illégales :

Madame, monsieur,
nous avons été contactés par des AED de votre établissement concernant une demande de récupération d’heure supposées non-faites pendant les deux semaines de fermeture de votre établissement.
Sous prétexte de l’annualisation du temps de travail, vous avez demandé aux AED de récupérer les heures, puisqu’ils et elles n’ont pas été placé-es en télétravail ni en ASA, comme vous le permettait le droit pendant cette période. Comme de nombreux autres agents de la fonction publique, les AED n’ont pas pu travailler.

Or, par équité entre tous les agents de la fonction publique, et en faisant évidemment partie, les AED n’ont pas à rattraper leurs heures : leurs horaires de service pendant le « confinement » n’ont pas été modifiés.
Les AED étaient à la disposition de l’établissement et n’ont pas été sollicités, leur service est donc réputé fait, surtout qu’ils ont été présents une journée par semaine.
Dans le cas contraires, il faudrait produire un écrit à l’intention de tous les AED de l’établissement leur indiquant leur obligation de récupération d’heure.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions de bien vouloir croire en notre plus profond attachement au service public d’éducation.